Fédération Associative Columérine Colomiers
Fédération Associative Columérine
Michel Beauchamp

Club Montagne de Colomiers

Feu de la saint Jean 2014

un certain regard

lundi 7 juillet 2014, par Club Montagne
340 visites

Le CMC (club montagne de Colomiers) a été sollicité, comme les années passées, pour assurer la vente de saucisses et merguez lors de la fête du solstice d’été ce vendredi 27 juin. Beaucoup de membres de l’association ont répondu présents. Une vraie ruche bourdonnante sous le barnum.
Quelles étaient belles ces petites abeilles vêtues d’un seillant tablier blanc avec une paire de gants assortis. Ces mains toutes gainées de blanc, comme si elles avaient été trempées dans de la farine.
Mais attention ne nous y trompons pas, elles n’étaient pas des parangons de beauté, non. Oui, elles auraient pu poser pour Aristide Maillol voire Fernando Botero. Elles étaient belles dans l’action, comme le soulignait notre chantre toulousain Claude Nougaro :
 
Mieux encore que dans la chambre
j’t’aime dans la cuisine
Rien n’est plus beau que les mains d’une
Femme dans la farine (*)
 Sur le côté se tenaient les bourdons. Tels de petits vulcains, ils s’occupaient à produire des braises en suant sang et eau et en pastichant notre artiste toulousain :
 Oh ! c’est pas de la tarte, la rôtisserie ! Non, c’est pas du tout cuit
Faut l’ver la flamme et cela exige beaucoup d’énergie.
 
Heureusement, la reine/président, un peu comme la chanteuse Conchita Wurst (**) c’est-à-dire un homme assurant un rôle de femme, avait autorisé le prélèvement d’une partie de la production de la ruche. De l’énergie, ils n’en manquèrent pas. 
 
Quelques faux-bourdons, comme d’habitude, attendaient sur le côté non pas le vol nuptial mais l’opportunité de remplacer une ouvrière ou un rôtisseur en espérant secrètement que cela arrive le plus tard possible…
 
Enfin tout allait pour le mieux dans le meilleur des microcosmes si ce n’est…
Le manque de clients. Ce n’était pas la qualité des produits ou de la cuisson qui laissait à désirer, non. Oui, il y avait une insuffisante observation du fonctionnement d’une ruche.
 Karl von Frisch (1886 - 1982) nous révéla comment une abeille communiquait à ses congénères l’emplacement des gisements de fleurs. Elles effectuaient une danse à l’entrée de la ruche. N’aurait-il pas fallu, dans notre cas, qu’un génial chorégraphe apprit à nos charmantes ouvrières quelques pas affriolants pour attirer le chaland ? On aurait pu aussi penser à des vocalises puisque la colonie est riche de choristes entrainées ou même d’un joueur d’instrument un peu comme le joueur de flûte de Hamelin (***) qui par son talent attira tous les enfants hors la ville…A toute fin un stratagème pour attirer la clientèle.
Enfin voilà des pistes à creuser pour améliorer le fonctionnement déjà fort satisfaisant de notre ruche. Notre président y est pour beaucoup, remercions le. Un grand merci aussi aux participants et aux lecteurs.
 
 (*)Écoutez la chanson de Claude Nougaro, ‘les mains dans la farine’
(**)La comparaison est d’autant plus à propos que Wurst en teuton signifie saucisse.
(***)Comte des frères Grimm : Jacob (né le 4 janvier 1785 à Hanau et mort le 20 septembre 1863 à Berlin) et Wilhelm (né le 24 février 1786 à Hanau et mort le 16 décembre 1859 à Berlin).

P.-S.

SPIP V:2.1.26 | Design MyB 2009-2014 | V3_141020
| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0